Racines & Tubercules

Les plantes à racines et tubercules assurent la subsistance et l’autosuffisance des populations locales du Vanuatu. Cette section du CTRAV vise ainsi à développer et promouvoir le recours à des systèmes de culture durables afin de réduire la dépendance du pays en l’import de produits de subsistance et d’accroitre le bien-être socio-économique des petits exploitants.

Le principal objectif de cette section Plantes à Racines et Tubercules est de maintenir et préserver la ressource génétique locale et exotique, et de développer de nouvelles variétés qui seront ensuite dupliquées puis distribuées aux fermiers.

Les variétés de plantes à Racines et Tubercules maintenues au CTRAV sont les suivantes :

  • 300 cultivars d’igname (variétés locales, exotiques & hybrides)
  • 400 de taro (variétés locales, exotiques & hybrides)
  • 100 de patate douce (variétés locales, exotiques & hybrides)
  • 25 de manioc (variétés locales, exotiques & hybrides)
  • 75 de kava (dont 12 variétés locales de kava noble)

Les principales activités de recherche menées au sein de cette section :

  • Recherche de diversification des cultures des plantes à racines et tubercules
  • Protection contre le développement des maladies
  • Lutte contre le changement climatique
  • Développement de pratiques agricoles durables
  • Développement de matériels présentant des caractéristiques intéressantes  (forme / goût / couleur) pour développer le marketing lié à ces plantes.

Le CTRAV encourage l’implication des producteurs dans les programmes de recherche, afin de s’assurer que les activités de recherche soient alignées avec leurs besoins. Ainsi, une phase de sélection de variétés intéressantes est réalisée au CTRAV, puis ces espèces sont disséminés chez les fermiers où sont ensuite réalisées des évaluations « terrain ». C’est un excellent moyen pour vérifier si les variétés sélectionnées et distribuées aux fermiers répondent à leurs besoins en termes de production, de transformation et d’offre commerciale. Alors que l’essentiel de la production des plantes à racines et tubercules est commercialisé localement, l’export de ces plantes ouvre également des potentialités importantes qui méritent d’être explorées.

Observations et mesures réalisées sur le terrain, chez les fermiers

Extrait d’un article paru sur le site web du CIRAD www.cirad.fr le 2/02/2009 :

« C’est […] le maintien de la diversité de ces plantes [celles à racines et tubercules] qui fonde culturellement la stratégie de sécurité alimentaire. Les jardins mélanésiens en sont le parfait exemple. De par la mixité des cultures, ils assurent la protection contre les pathogènes, une meilleure utilisation des sols et des radiations solaires, une meilleure résistance à la sécheresse pour certaines plantes, un étalement des récoltes dans le temps et un régime alimentaire plus varié »

Lien vers l’article : http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/articles/2009/science/l-autosubsistance-alimentaire-au-vanuatu